France prohibits all corporal punishment of children

En francais ci-dessous

 

On 2 July 2019, the French Senate adopted unanimously and without amendments the Bill which had been introduced by MP Maud Petit in October 2018 and adopted by the National Assembly in November 2018. Article 1 of the Law on the prohibition of ordinary educational violence (violences éducatives ordinaires or VEO, which is the French term for corporal punishment) amends article 371-1 of the Civil Code to state (unofficial translation, addition underlined):

Parental authority is a cluster of rights and duties whose finality is the interest of the child.

It is vested in the father and mother until the majority or emancipation of the child in order to protect him in his security, health and morality, to ensure his education and allow his development, with all due respect owed to his person.

Parental authority is exercised without any physical or psychological violence.

The parents shall make a child a party to decisions that concern him, according to his age and degree of maturity.”

The Law also makes provision for training for day care providers (assistant·e·s maternel·le·s) on the prevention of corporal punishment (article 2) and puts an obligation on the French Government to produce a report on the national prevalence and attitudes towards corporal punishment in order to evaluate the means necessary to strengthen awareness-raising campaigns, parenting support and training of professionals (article 3). The Global Initiative welcomes this obligation to plan for the implementation of the ban and the Government’s stated commitment to include this issue in the national strategy on child protection, to be published later this summer.

The Law will now be sent to the President for ratification, which must be completed within 15 days. It must be noted that it could still be referred to the Constitutional Council to check compliance with the Constitution within this 15-day period, by the President, the Prime Minister, the President of either house of Parliament or by a group of 60 MPs or 60 Senators. More information on the Law can be found below.

This reform makes France the 56th state worldwide to prohibit all corporal punishment of children, following the recent prohibition achieved in Kosovo last week. Prior to reform, corporal punishment was not fully prohibited in the home, alternative care and day care settings. The Global Initiative welcomes this important development and extends our sincerest thanks and congratulations to all those who have been working tireless for several years towards this achievement. With this reform, there are now only 5 European Union member states which are yet to prohibit all corporal punishment of children: Belgium, the Czech Republic, Italy, Slovakia and the United Kingdom.

On the year of the 30th anniversary of the UN Convention on the Rights of the Child, we call on all states to follow in the footsteps of France and Kosovo and act now to realise children’s right to protection from all forms of violence.

 

Useful links

  • Find more information on France in our detailed report
  • See the latest facts and figures on global progress towards prohibition on our countdown page
  • Visit our Get involved page to learn how you can support the campaign to protect all children from corporal punishment

 

Further information

Previous statements issued by the Global Initiative raised concerns that the term 'corporal punishment' originally included within article 1 of the Bill was removed before its adoption in the National Assembly. However, the Global Initiative is satisfied that the intention of the law as adopted is to prohibit all forms of corporal punishment of children:

  • During the debates at the National Assembly back in November 2018, MP Maud Petit clarified after the Bill was amended to remove the term of 'corporal punishment' that “the reference to physical and psychological violence included all forms of corporal punishment and humiliations against children” (unofficial translation). In France, the term of ordinary educational violence (violences éducatives ordinaires) is the most used translation of corporal punishment. Later declarations by members of the Government during debates at the National Assembly and at the Senate clearly confirmed this interpretation of the Law.
  • The explanatory memorandum of the Bill as introduced in October 2018 explicitly refers to corporal punishment and France’s obligation to prohibit under international and regional human rights treaties, the research done on the harmful effects of corporal punishment, and the intention to abolish the 'right of correction' by amending the Civil Code. The title of the Law refers to the prohibition of ordinary educational violence.
  • The wider public discourse, including media interventions from Government officials, has clearly reflected that this law is interpreted as prohibiting all forms of corporal punishment.

Some concerns have been raised about the 'right of correction' in jurisprudence (judicial decisions) which has not been explicitly repealed in the Law. However, it has been made clear that the intention of the Law is to remove this option for judicial courts: during the November 2018 debates, the Minister for Health, Agnès Buzyn, declared that the “inclusion in the Civil Code of the prohibition of corporal punishment” was a way to avoid the “sometimes lenient interpretation in judicial decisions” related to violence against children (unofficial translation). It was highlighted during the debates that, since the 'right of correction' does not have a basis in legislation, it was inappropriate to repeal it in legislation. In the French civil legal system, the law is higher in the hierarchy of norms than judicial decisions; meaning that this prohibition in the Civil Code should prevent judges from upholding the 'right of correction'. We will continue to monitor decisions to ensure this is applied in practice.

Finally, we are seeking confirmation on whether this Law applies in France’s territories and will report our findings in the coming weeks.  

 

La France interdit tous les châtiments corporels à l’encontre des enfants

 

Le 2 juillet 2019, le Sénat français a adopté à l’unanimité et sans amendements la proposition de loi qui avait été introduite par la députée Maud Petit en octobre 2018 et adoptée par l’Assemblée nationale en novembre 2018. L’article 1er de la loi relative à l’interdiction des violences éducatives ordinaires modifie l’article 371-1 du Code Civil (addition soulignée) :

L'autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l'intérêt de l'enfant.

Elle appartient aux parents jusqu'à la majorité ou l'émancipation de l'enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne.

L’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques.

Les parents associent l'enfant aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité. »

La loi prévoit également une formation obligatoire des assistant·e·s maternel·le·s sur la prévention des châtiments corporels (article 2) et fait obligation au gouvernement de produire un rapport d’état des lieux évaluant les « besoins et moyens nécessaires au renforcement de la politique de sensibilisation, d’accompagnement et de soutien à la parentalité à destination des parents ainsi que de formation des professionnels concernés » (article 3). La Global Initiative se réjouit de cette obligation de planification de la mise en œuvre de l’interdiction ainsi que de l’engagement pris par le gouvernement d’inclure cette question dans la stratégie nationale sur la protection de l’enfance, qui sera publiée plus tard cet été.

La loi va maintenant être transmise au président pour ratification, qui doit être complétée sous 15 jours. Il faut noter que la loi pourrait toujours être renvoyée au Conseil constitutionnel pour contrôle de constitutionalité pendant ce délai de 15 jours, par le Président, le Premier Ministre, les présidents du Senat ou de l’Assemblée Nationale ou par un groupe de 60 députés ou 60 sénateurs. Plus d’informations sur la loi sont au bas de cet article.

Cette réforme fait de la France le 56ème Etat dans le monde à interdire tous les châtiments corporels à l’encontre des enfants, suite à l’interdiction adoptée au Kosovo la semaine dernière. Avant cette nouvelle loi, les châtiments corporels n’étaient pas entièrement interdits dans le foyer, les structures de protection de remplacement et les garderies. La Global Initiative se félicite de cette réforme cruciale et étend ses plus sincères remerciements et félicitations à tous ceux qui ont travaillé sans relâche depuis plusieurs années vers cet accomplissement. Avec cette réforme, il n’y a maintenant plus que cinq États membres de l’Union européenne qui n’ont pas encore interdit tous les châtiments corporels à l’encontre des enfants : la Belgique, la République tchèque, l’Italie, la Slovaquie et le Royaume-Uni.

En cette année du 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, nous faisons appel à tous les États à suivre les traces de la France et du Kosovo et à agir dès maintenant pour respecter le droit de tous les enfants à la protection contre toutes les formes de violence.

 

Liens utiles

 

Plus d’informations

Des déclarations précédentes de la Global Initiative avaient expliqué nos préoccupations autour du fait que le terme 'châtiments corporels', initialement inclus dans l’article 1er de la proposition de loi, avait été supprimé avant son adoption à l’Assemblée Nationale. Cependant, la Global Initiative est convaincue que l’intention de la loi telle qu’elle a été adoptée est d’interdire toutes les formes de châtiments corporels à l’encontre des enfants :

  • Au cours des débats à l’Assemblée nationale en novembre 2018, Maud Petit a précisé après la suppression du terme 'châtiments corporels' de la proposition de loi que la « référence aux violences physiques et psychologiques inclut toutes les formes de châtiment corporel et d’humiliation exercées sur les enfants ». En France, le terme 'violences éducatives ordinaires' est plus courant que 'châtiments corporels'. D’autres déclarations par des membres du Gouvernement lors des débats à l’Assemblée nationale et au Sénat ont clairement confirmé cette interprétation de la loi.
  • L’exposé des motifs de la proposition de loi fait explicitement référence aux châtiments corporels et à l’obligation de la France de les interdire en vertu des traités internationaux et régionaux des droits humains, aux travaux de recherches effectués sur les effets nocifs des châtiments corporels et à l’intention d’abolir le 'droit de correction' par cette modification du Code Civil. Le titre de la loi se réfère en outre à « l’interdiction des violences éducatives ordinaires ».
  • Le discours dans le domaine public, y compris les interventions médiatiques des représentants gouvernementaux, reflète clairement que cette loi est interprétée comme interdisant toutes les formes de châtiments corporels.

 

Des inquiétudes ont été soulevées sur le 'droit de correction' jurisprudentiel qui n’a pas été explicitement abrogé par la loi. Il a toutefois été dit clairement que l’intention de la loi est de supprimer cette option pour les juges : lors des débats en novembre 2018, la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait déclaré que « l’inscription dans le code civil de l’interdiction des châtiments corporels est donc une manière de rompre avec l’appréciation parfois souple de la jurisprudence et une certaine forme d’aléatoire ». Il a également été souligné au cours des débats que, le 'droit de correction' n’ayant pas de base légale, il n’était pas approprié de l’abroger dans la loi. Dans le système juridique français de droit civil, la loi est au-dessus de la jurisprudence dans la hiérarchie des normes : cela signifie que cette interdiction dans le Code Civil devrait empêcher les juges de faire appel au 'droit de correction'. Nous continuerons à suivre la situation afin de nous assurer que cela soit appliqué dans la pratique.

Enfin, nous cherchons à confirmer si cette loi s’applique aux territoires français d’Outre-Mer et ferons rapport de nos conclusions dans les prochaines semaines.