Progrès à l'échelle mondiale

  • 58 états font maintenant appliquer cette interdiction dans tous les contextes, y compris dans le cadre familial
  • 54 autres états se sont engagés à réformer leurs lois pour adopter une interdiction complète
FR-accelerating-graph-2019-10

FR-bar-chart-2019-10

États interdisant les châtiments corporels infligés aux enfants, y compris dans le cadre familial:

2019 - Afrique du Sud, France, Géorgie, République du Kosovo

2018 - Népal

2017 - Lituanie

2016 - Mongolie, Monténégro, Paraguay, Slovénie

2015 - Bénin, Irlande, Pérou

2014 - Andorre, Estonie, Nicaragua, Saint-Marin, Argentine, Bolivie, Brésil, Malte

2013 - Cap-Vert, Honduras, Macédoine du Nord

2011 - Soudan du Sud

2010 - Albanie, République du Congo, Kenya, Tunisie, Pologne

2008 - Liechtenstein, Luxembourg, Moldavie, Costa Rica

2007 - Togo, Espagne, Venezuela, Uruguay, Portugal, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas

2006 - Grèce

2005 - Hongrie

2004 - Roumanie, Ukraine

2003 - Islande

2002 - Turkménistan

2000 - Allemagne, Israël, Bulgarie

1999 - Croatie

1998 - Lettonie

1997 - Danemark

1994 - Chypre

1989 - Autriche

1987 - Norvège

1983 - Finlande

1979 - Suède

 

Territoires interdisant toute forme de châtiments corporels infligés aux enfants, y compris dans le cadre familial:

Aruba (Pays-Bas), Curaçao (Pays-Bas), Îles Féroé (Danemark), Guyane française (France), Groenland (Danemark), Guadeloupe (France), Martinique (France), Mayotte (France), Îles Pitcairn (Royaume-Uni) , Réunion (France), Saint-Barthélemy (France), Saint-Martin (Pays-Bas), Saint-Martin (France), Iles Svalbard et Jan Mayen (Norvège), Iles Wallis et Futuna (France)

Retard

Depuis que l'ONU a adopté la Convention relative aux droits de l'enfant, de trop nombreux pays n'ont pas pris les dispositions législatives nécessaires pour interdire les châtiments corporels infligés aux enfants ou, encore plus inquiétant, autorisent explicitement leur recours et décrivent en détails leur application. Il reste encore un long chemin à parcourir:

  • Seulement 12% des enfants dans le monde sont entièrement protégés par la loi contre toute forme de châtiments corporels
  • 87 états n'ont pas encore pris de mesures publiques pour réformer la loi à ce sujet
  • Dans 67 états, les châtiments corporels ne sont pas encore entièrement interdits dans le cadre scolaire
FR-pie-chart-2019-09

On recense dans 32 états que les châtiments corporels, notamment la flagellation à l'aide d'un fouet ou d'un bâton, sont toujours autorisés dans le cadre juridique national, traditionnel ou religieux et pratiqués pour punir les auteurs mineurs de délits:

Afghanistan; Les Bahamas; Le Bangladesh; La Barbade; Botswana; Brunéi Darussalam; La Colombie; La Dominique; L'Équateur; Grenade L'Inde; L'Indonésie; L'Iran; Kiribati; La Libye; La Malaisie; Les Maldives; La Mauritanie; Le Nigeria; Le pakistan; Katar Arabie Saoudite; Singapour La Somalie; Saint-Vincent-et-les Grenadines; Etat de Palestine; Tonga; Tuvalu; Émirats arabes unis; UR Tanzanie; Vanuatu; Yémen

Dans 17 états, le recours aux châtiments corporels n'est entièrement interdit dans aucun contexte, y compris pour sanctionner une infraction:

La Barbade; Botswana; Brunéi Darussalam; La Dominique; Grenade La Malaisie; Les Maldives; La Mauritanie; Le Nigeria; Le pakistan; Arabie Saoudite; Singapour La Somalie; Saint-Vincent-et-les Grenadines; Etat de Palestine; Tuvalu; UR Tanzanie

Cette page a été traduite par notre partenaire, Traducteurs sans frontières. Pour tout commentaire ou correction sur le contenu ou la traduction, envoyez un courrier électronique à info@endcorporalpunishment.org

Translators_without_Borders